“you're such a freaking nightmare. ft jinwuk”

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2


Invité
Invité


MessageSujet: Re: you're such a freaking nightmare. ft jinwuk   Dim 26 Juin - 18:41

Heavy hearts, like heavy clouds in the sky, r best relieved by the letting of a little water.
FT. MY NIGHTMARE

I hate you so much that it hurts  Plus on s’éloigne du bord et plus j’en oublie tout le reste ; mes problèmes, ma peur et le fait que Jinwuk soit mon bourreau. Je suis comme hypnotisé par son regard. Je ne vois que lui, je ne me soucie plus du reste. On a beau être dans un énorme bassin d’eau, mon esprit ne pense qu’à lui. Il ne faut pas, je le sais et pourtant, je ne peux rien y faire. Ce mec hante mes pensées depuis de longs mois et plus le temps passe, plus ça empire. Ma raison me dit de m’éloigner de lui sans perdre de temps, mais mes sentiments me poussent à aller vers lui. Je ne sais même pas comment j’ai fait pour tomber amoureux d’un type qui m’a très clairement fait comprendre que je n’étais qu’un moins que rien à ses yeux et ce, à plusieurs reprises. Pourtant, en dehors de l’institut, je peux passer la nuit avec n’importe quel beau gosse qui me tombe sous la main. Alors pourquoi je pense tout le temps à Jinwuk ? Je ne me comprends même plus et c’est très frustrant. Un sentiment étrange s’empare de moi lorsqu’il me dit qu’il savait que je n’étais pas un lâche. Peut-être dit-il cela simplement pour me donner un peu de courage, pour me pousser à m’éloigner du bord ? Ou peut-être même est-ce un mensonge ? Je n’en sais rien. Mais une fois de plus, je le crois et je me laisse toucher par ses mots. Je ne suis pas très rassuré au milieu de toute cette eau, d’autant plus que mes vêtements sont complètement trempés et qu’ils me collent au corps, ce qui est très désagréable. Et pourtant, je me sens en sécurité. Je suis en sécurité car Jinwuk est à mes côtés. Mais enfin, réveille-toi Haneul ! Ce type t’a toujours voulu du mal et ce, depuis le premier jour ! Il est vrai que je suis peut-être un peu trop naïf à le croire aussi facilement. Mais même en me montrant un minimum méfiant à son égare, je ne peux m’empêcher de baisser ma garde à un moment ou un autre. D’après lui, s’il voulait me noyer, il l’aurait déjà fait. Est-ce censé me rassurer ? Enfin bon, il n’a pas tort. Finalement, je finis par réaliser qu’on se trouve au centre du bassin. On est au milieu de nulle-part, il n’y a que de l’eau autour de nous. Le temps de réaliser cela, mon corps réagit de lui-même, me poussant à faire un geste complètement stupide. C’est sans réfléchir que je me jette dans ses bras tout en me collant à lui. Mais quel idiot, Haneul ! Que va-t-il s’imaginer maintenant ? Et s’il me repousse ? S’il se fout encore plus de moi ? Contre toute attente, cela n’arrive pas. Jinwuk ne me repousse pas. Il ne se moque pas non plus de moi. Non, au lieu de ça, il passe ses bras autour de mon corps comme pour m’aider à ne pas m’éloigner de lui. Pourquoi Jinwuk répond-il à mon étreinte involontaire ? Je ne comprends pas… Et je ne m’attarde pas plus longtemps dessus, bien trop touché par ses paroles. Naturellement, je me détache de lui. J’ai sûrement franchis la limite, après tout il est mon bourreau et je ne suis que son souffre-douleur. Il me le fait d’ailleurs bien assez comprendre comme ça. Je me sens carrément honteux d’avoir réagi ainsi face à lui, surtout après avoir entendu ces mots. Bon sang, pourquoi me suis-je réfugié dans ses bras ?! La peur me pousse vraiment à faire n’importe quoi. Je ferais n’importe quoi pour disparaître, là… Maintenant. Mais bien sûr, aucun il n’y a aucun moyen que mon vœu se réalise.

N’étant tout de même pas suicidaire, je m’agrippe à ses bras avant de lui poser cette question qui me tracasse tant. Je m’attends à ce qu’il me crie dessus, ou même qu’il me lâche et m’abandonne ici. Mais non. Une fois de plus, j’avais tort. Je sens ses mains se déposer avec hésitation sur mes hanches avant qu’il ne m’attire à nouveau vers lui. Surpris par sa réaction, je le laisse faire, l’observant simplement. Contre toute attente, Jinwuk se penche doucement vers moi et dépose son front contre le mien. Un geste tendre qui a le don de me surprendre, de me rendre fou. Mon cœur va lâcher, je le sens. Ce n’est qu’une question de temps. Finalement, ce n’est pas dans toute cette eau que je vais me noyer, mais bien dans le regard envoutant de Jinwuk qui ne cesse de m’observer. Mon cœur s’emballe de plus en plus. Il bat fortement dans ma poitrine comme s’il voulait s’en échapper. Et comme si cela n’était pas suffisant, les lèvres du sportif s’étirent en un fin sourire qui suffit à me faire craquer. Ce mec est beau. Ce mec a tout d’un véritable dieu grec. Et ce mec causera aussi ma perte. J’en suis certain. Mon regard refuse de quitter le sien. On reste ainsi à se regarder silencieusement, sans rien dire, seules les gouttes d’eau s’échappant de mes cheveux viennent troubler ce moment de silence. Finalement, après ce court instant paisible qui m’a semblé durer une éternité, Jinwuk reprend enfin la parole. Je ne sais pas quoi penser de ses mots. À dire vrai, je ne m’attendais pas à ce qu’il me réponde sérieusement. Je pensais plutôt qu’il me répondrait par un "parce que mon punching-ball a déjà la vie assez dure comme ça" de sa voix si grave et froide. Mais non, pas du tout. Ses mots sont sérieux et sincères, comme s’il avait vraiment pris le temps d’y réfléchir. Un rictus nerveux s’affiche sur mes lèvres tandis que mon regard quitte finalement le sien pour venir se poser partout sauf sur lui. « S’ils s’en prennent à moi, c’est parce qu’ils veulent faire comme toi… Ils prennent juste exemple sur toi, tu… Tu peux pas leur en vouloir. » murmurais-je avant de me mordiller de nouveaux la lèvre. Même dans un moment comme celui-ci, je prends la défense de ceux qui s’en prennent toujours à moi. Je suis véritablement un idiot. Pourtant, je ne peux pas réellement leur en vouloir et Jinwuk non plus. Ces types suivent juste le mouvement, ils suivent leur leader, rien de plus. Alors, je les laisse faire, sans rien dire. Enfin, j’ai déjà essayé une fois, de m’opposer à eux mais ça a mal fini. Je n’ai fait que les énerver d’avantage. Alors maintenant je me contente d’encaisser les coups tout en leur montrant le moins possible ma douleur, car je sais bien qu’ils prennent plaisir à me voir souffrir ces salauds. Et puis, ma mère m’a toujours dit qu’il valait mieux être celui qui blessé et qui pardonne plutôt qu’être celui qui fait du mal aux autres. Je suis peut-être loin d’être le fils parfait qu’elle s’imagine, mais je suis un minimum ses principes. Alors je ne me bagarre pas et je n’embrasse pas non plus quelqu’un pour qui je n’ai aucun sentiment. C’est stupide, mais j’y tiens à ses principes. Je me crispe doucement lorsque la main de Jinwuk vient se poser sur ma tête, avant de me détendre lorsque je réalise qu’il ne me veut pas de mal. Il me caresse les cheveux avec une telle douceur que cela me surprend venant de lui. Je relève alors les yeux vers le sportif tandis qu’il me tient plus fortement par la hanche comme pour m’empêcher de fuir, comme pour me garder près de lui. Je ne sais pas ce qu’il lui prend, je ne le comprends pas. Contre toute attente, une larme vient s’échapper de son œil et là, c’est la fin du monde, la fin de mon monde. Pourquoi est-il ainsi ? Qu’est-ce qu’il se passe ? Je le regarde à la fois surpris et inquiet. Jinwuk, pourquoi fais-tu ça ? Cela t’amuse tant de jouer avec mon cœur ? Enfoiré. Ce type n’est qu’un enfoiré. Et pourtant… « Jinwuk… Pourquoi… » murmurais-je doucement. Je déglutis et finalement je m’approche un peu plus de lui, venant poser mes mains sur ses épaules. « Tu le sais, n’est-ce pas ? Tu sais tout… » dis-je tandis qu’un sourire triste se dessine sur mes lèvres. « Tu sais ce que je ressens pour toi… Je rêve que de ça, que tu veuilles bien me laisser entrer dans ta vie. Alors si tu me dis des choses comme ça… Je… » Je n’arrive même pas à finir ma phrase. Ne craque pas devant lui, n’aie pas l’air encore plus faible. Si ça se trouve, il se joue même de moi. Pourtant, j’ai envie de croire tous ses mots, j’ai envie de croire à tout ce qu’il me dit. J’ai envie de croire que j’ai, peut-être, une chance, aussi infime soit-elle, d’être avec lui. Je suis désespéré et je me berce d’illusion, je vois sûrement de l’espoir là où il n’y en a pas. Quel con, Haneul. Sentant les larmes me monter aux yeux, je baisse la tête et viens me mordiller violemment la lèvre inférieure pour tenter de me calmer. Cela finit par me faire grimacer avant de lâcher un couinement de douleur lorsque mes dents se posent là où Jinwuk m’a mordu un peu plus tôt. Décidément, quel con.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité


MessageSujet: Re: you're such a freaking nightmare. ft jinwuk   Ven 1 Juil - 16:18

You're such a freaking nightmare.
FT. Ha Neul le punching ball

I Need U    L’intello semble surpris de m’entendre lui avouer tout ceci sans chercher à mentir, ni à le rabaisser plus bas que terre. Il est surpris par tous ces gestes tendres que j’exécute à son encontre, de toutes ces paroles niaises et sincères que je lui murmure, de cet élan de tendresse qu’il a rarement vu. À cet instant précis je ne suis plus son bourreau, ni son pire cauchemar, mais bel et bien un garçon fragilisé par l’amour qu’il ne comprend pas. Un rictus nerveux s’affiche alors sur les lèvres du brun tandis que son regard envoutant quitte le mien pour se poser à droite et à gauche, en haut et bas, partout … Sauf sur moi. Je sens mon cœur se serrer dans ma poitrine et ce geste me faut souffrir plus que je ne le pense « S’ils s’en prennent à moi, c’est parce qu’ils veulent faire comme toi… Ils prennent juste exemple sur toi, tu… Tu peux pas leur en vouloir. » Murmura-t-il avant de se mordiller nerveusement les lèvres. Ces paroles véridiques me font l’effet d’un couteau en plein cœur, tout est de ma faute, absolument tout, je suis l’élément déclencheur de son enfer et cela me brise le cœur. Jamais je n’aurais pu penser qu’entendre ces mots pourrait tant me blesser, je me suis toujours dit que peu importe ses mots je n’éprouverai aucun remords… Mais visiblement j’avais tort. « Pardonne-moi … Tout est de ma faute » murmurais-je pour moi-même, espérant qu’il n’ait pu les entendre. Suite à ça l’une de mes mains vient se loger dans son cuir chevelu, l’intello se crispe doucement, avant de se détendre ayant sans aucun doute remarqué que je ne lui voulais aucun mal. Sa réaction ne fait qu’accentuer mon malaise mais je tente d’oubli celui-ci, tandis que je caresse avec tendresse son cuir chevelu. Je pourrais passer ma journée à caresser ses cheveux si doux, à observer ses si beaux yeux qu’il me dévoile de nouveau (pour mon plus grand plaisir). Mon autre main s’agrippe plus fortement à sa hanche de peur de le voir s’enfuir ou s’éloigner de moi, une nouvelle fois, je ne veux pas le voir s’enfuir alors je le colle contre moi et l’étouffe de ma présence. Il murmure mon nom, me demande des explications et finalement dépose ses mains sur mes épaules, ce contact me fait légèrement frissonner alors que je me rends compte du peu de distance nous séparant. Je déglutis nerveusement en apercevant ses lèvres délicates, ses lèvres pulpeuses que je veux tant embrasser. Je cesse mes caresses dans ses cheveux et baisse honteusement les yeux, il m’a vu pleurer et je n’ose plus soutenir son regard. « Tu le sais, n’est-ce pas ? Tu sais tout… » Absolument tout … Je sais ce que tu ressens pour moi, je sais que tu m’aimes mais je ne peux pas mettre un mot sur ce que moi je ressens pour toi … J’ai voulu te piéger, te briser à petit feu et finalement je me suis fait prendre dans mon propre piège … Misérable n’est ce pas ? « Tu sais ce que je ressens pour toi… Je rêve que de ça, que tu veuilles bien me laisser entrer dans ta vie. Alors si tu me dis des choses comme ça… Je… » Je reste silencieux un long moment, n’osant ni parler et encore moins affronter son regard attristé mais lorsqu’un gémissement s’extirpe de ses lèvres, je ne peux m’empêcher de lever mes yeux vers lui espérant qu’il ne se soit pas blessé. Mon cœur rate de nouveau plusieurs battements lorsque nos yeux se croisent et finalement je me penche délicatement sur son visage et lui murmure d’un ton qui se valait suppliant de m’embrasser « Embrasses-moi Lim Ha Neul … »


✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité


MessageSujet: Re: you're such a freaking nightmare. ft jinwuk   Ven 1 Juil - 20:22

Heavy hearts, like heavy clouds in the sky, r best relieved by the letting of a little water.
FT. MY NIGHTMARE

I hate you so much that it hurts  Pourquoi fait-il tout cela ? Pourquoi se montre-t-il si différent ? Il n’y a même pas quelques minutes, il me menaçait et m’a même poussé dans la piscine et maintenant… Maintenant, il se montre si doux, si attentionné, si différent. Est-ce là un nouveau stratagème ? Une nouvelle manière de se jouer de moi et de mes stupides sentiments ? Jinwuk, me détestes-tu à ce point ? Je n’ai qu’une envie, c’est d’aller sous ma couette et de pleurer toutes les larmes de mon corps. On dit que les gens changent, qu’ils peuvent se montrer complètement différents au point être confondus avec une toute autre personne. Serait-ce le cas pour Jinwuk ? A-t-il changé en si peu de temps ? Cela me semble peu probable. D’autant plus que généralement, il y a toujours quelque chose ou quelqu’un qui pousse une personne à changer. Quelle serait donc la raison de ce changement ? Je n’en ai pas la moindre idée. Tandis que Jinwuk fait des reproches à ceux qui s’en prennent à moi, je ne peux m’empêcher de les défendre. Ils ne sont pas en tort. Alors serait-ce Jinwuk qui est en tort ? Je n’en sais rien… Je n’arrive pas à trouver une vraie réponse à cette question. Et je n’arrive pas non plus à lui en vouloir. Je n’arrive pas à le détester autant que je le voudrais. Je n’arrive pas à mettre un nom sur toutes mes souffrances. Ma raison me crie que tout cela est de la faute de Jinwuk, son nom résonne dans ma tête et pourtant, je n’arrive pas à y croire. Non, Jinwuk n’est pas le fautif. Ce n’est pas vrai. Mon cœur refuse de l’admettre. Il a beau s’être comporté comme un vrai salaud avec moi pendant tous ces mois, je n’arrive toujours pas à voir ses mauvais côtés. Pour moi, Jinwuk n’est qu’un garçon passionné, déterminé et confiant. Un solitaire qui se donne à fond pour réussir, un géni qui ne se repose pas uniquement sur son talent, un athlète qui ne considère pas ses compétences comme acquises. Je ne l’avouerai jamais, mais au fond, je dois bien faire parti de ses fans. Je me rappelle l’avoir secrètement suivi à la piscine et ce, plusieurs fois, pour le voir s’entraîner seul. Je me rappelle l’avoir vu se surpasser au point d’épuiser toute son énergie et je crois bien que c’était la chose la plus magnifique que j’ai vu. Depuis ce jour, mon admiration pour lui n’a cessé de grandir. Je suis vraiment tombé amoureux, au point de ne plus pouvoir me relever. On m’a souvent dit que l’amour rendait aveugle, mais je ne pensais pas que cela me rendrait si con. Comment puis-je ignorer ses mauvais côtés alors que j’en subis les frais chaque fois que Jinwuk est de mauvais poil ? S’il y a bien quelqu’un qui devrait me frapper ici, ce n’est pas Jinwuk, mais moi-même ! Un murmure finit par franchir les lèvres du sportif, ses mots sont à peine audibles. Je pense même avoir mal entendu. Je le regarde surpris, non, j’ai dû mal entendre. Une fois de plus, ce doit être mon imagination. Je ne peux réprimer ce stupide réflexe lorsque Jinwuk vient loger sa main dans mes cheveux. C’est idiot, mais j’ai tellement l’habitude de me faire frapper, qu’un geste aussi simple que celui-ci suffit à me crisper. J’ai de plus en plus de mal à faire confiance aux gens et cela est très problématique. Je me suis moi-même surpris plusieurs fois à avoir un mouvement de recul lorsque le mec avec qui je passe la nuit se montre assez rude ou même brutal. Dans ces moments là, je ne peux m’empêcher de penser aux types du lycée et c’est dans les instants comme ça que je réalise que je vis un véritable cauchemar qui continue même en dehors de l’institut.

J’ai comme l’impression que Jinwuk cherche à me garder près de lui. Pourtant, il n’a aucune raison de le faire, aucune raison de le vouloir. Je reste malgré tout collé à lui, comme si cela était tout à fait normal. Alors que non, ça ne l’est pas. Tout comme je n’étais pas censé lui dire tout cela. Je m’étais promis de garder mes sentiments pour moi, de les faire taire, de les étouffer au plus profond de mon cœur en espérant qu’ils disparaissent un jour. Mais rien n’y fait. Rien ni personne n’arrive à les faire disparaitre. Je suis tellement désespérant. Jinwuk ne répond rien, qu’est-ce que j’attendais après tout ? Cherchant à ne pas faiblir, mes dents viennent s’enfoncer dans ma lèvre inférieure, oubliant ma blessure encore toute fraîche. Mais quel idiot, vraiment, je réussi à me faire mal à moi-même. Je passe ma langue sur ma lèvre afin de faire disparaître les nouvelles gouttelettes de sang avant de relever la tête pour m’apercevoir que Jinwuk me regarde de nouveau. Je pense sérieusement que son regard pourrait un jour me tuer. Il se penche vers moi en profitant pour rapprocher son visage du mien. Je sens mon cœur s’emballer de nouveau lorsque je me rends compte du peu de distance qu’il y a entre nous. Ses mots m’achèvent. Mon cœur cesse de battre. Je suis sûrement en train de mourir intérieurement. Go Jinwuk tu peux avoir ma mort sur ta conscience. Je reste quelques secondes sans comprendre avant d’afficher un air surpris, voir même choqué. La bouche légèrement entrouverte par la surprise, je tente de vouloir dire quelque chose mais aucun son ne veut franchir la barrière  de mes lèvres. Qu’a-t-il dit ? Est-ce mon imagination qui me joue des tours encore une fois ? Je n’en ai pas l’impression. Alors, suis-je en train de rêver ? J’ai pourtant l’impression que tout cela est réel. Mes mains glissent sur ses épaules pour venir se rejoindre derrière sa nuque. Mon regard se pose sur ses lèvres, puis ses yeux, avant de regarder de nouveau ces lèvres qui me font tant envie. Je m’approche timidement de lui, hésitant à le faire ou non. Mes lèvres viennent frôler les siennes, puis se posent un très court instant sur les siennes avant que je ne réalise ce que je suis en train de faire. Je recule aussitôt mon visage du sien. « N-non… Je peux pas… » murmurais-je affolé. Je baisse la tête, honteux, me mordillant une nouvelle fois les lèvres. « M’oblige pas à faire ça… » J’ai envie de partir, de m’éloigner de lui, pourtant mes bras sont toujours autour de son cou. Mon corps réagit de lui-même, refusant de m’éloigner de Jinwuk. Cela aurait pu être tellement simple. Je n’avais qu’à l’embrasser, m’abandonner à lui. Après tout, qui ne rêve pas d’embrasser son crush ? Seulement, je n’ai envie d’être comme toutes ses conquêtes et je n’ai pas non plus envie qu’il s’amuse avec mes sentiments. Pourquoi est-ce que je complique toujours les choses…  « Ne me fait pas ça… Je sais bien que je suis ton jouet, mais ne joue pas à ça… Continue à me frapper si tu veux, mais ne joue pas avec mes sentiments…  Je t’en prie… » Ma voix finit par craquer à la fin de mes mots et ma vision devient floue sans que je ne comprenne pourquoi. Je finis par sentir quelque chose sur mes joues et je réalise alors que ce sont des larmes. Bon sang, Haneul, combien de fois vas-tu pleurer pour lui ?! Ne voulant pas me montrer encore plus faible, je viens poser mon front contre son épaule, me cachant tout en pleurant silencieusement. Des gestes et des mots tellement contradictoires. Je ne comprends plus rien. Je ne sais pas ce qui me prend. Pourquoi ai-je ce besoin de chercher du réconfort auprès de lui alors qu’il est la raison même de mes tourments ? Et mon cœur qui refuse de se calmer… Je vais bien finir par y rester. Je pense même devenir fou. Mais une chose est certaine ; j’en ai marre, je ne veux plus être le jouet de Jinwuk. Je n’en peux plus.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité


MessageSujet: Re: you're such a freaking nightmare. ft jinwuk   Sam 2 Juil - 19:10

You're such a freaking nightmare.
FT. Ha Neul le punching ball

I Need U    « Embrasses-moi Lim Ha Neul … » À peine ses mots eussent –ils franchi la barrière de mes lèvres, que mon cœur cessa de battre appréhendant la réaction de l’intello. J’avais peur qu’il me repousse, qu’il me trouve répugnant de lui demander ceci après tout ce que je lui ai fait subir, j’avais peur … Peur qu’il m’embrasse et réchauffe mon cœur, qu’il puisse me prouver que je ne suis pas qu’un sportif sans cœur mais bien un être doté de sentiments… J’ai peur d’apprendre à aimer. Ha Neul reste quelques secondes sans rien dire, son visage traduisant le choc voir la surprise que cette simple phrase lui a procuré. Ses mains glissent lentement sur mes épaules pour venir se lier dans mon cou, je frisonne légèrement à ce contact et me mordille doucement la lèvre. Je suis son regard qui se dépose sur mes lèvres, son regard qui s’ancre dans le mien, avant de regarder de nouveau mes lèvres. Il semble hésiter, combattre contre lui-même et finalement il approche timidement son visage du mien. Mon regard se pose sur ses lèvres que je ne lâche pas des yeux et je l’observe s’approcher encore et encore, appréhendant la suite des événements. Finalement ses lèvres viennent frôler les miennes et le temps s’arrête. À cet instant précis il n’y a plus que lui, seulement lui et la douceur de ses lèvres sur les miennes. Mais la réalité me frappe en pleine figure, lorsqu’il se recule presque effrayé par ce geste qu’il venait de me prodiguer. Ma main qui venait de se déposer dans sa nuque dans l’espoir d’approfondir ce baiser, se laisse mourir et retombe lourdement dans l’eau. « N-non… Je peux pas… » Murmura-t-il affolé. Il baisse sa tête, se mordille de nouveau les yeux et reprend la parole. « M’oblige pas à faire ça… » Suite à ça mon cœur se serre de nouveau et se brise en mille morceaux, je ne sais pas ce qui ne tourne pas rond chez moi mais entendre ces mots sortir de sa bouche ne fait que me donner l’envie de pleurer. « Ne me fait pas ça… Je sais bien que je suis ton jouet, mais ne joue pas à ça… Continue à me frapper si tu veux, mais ne joue pas avec mes sentiments…  Je t’en prie… »


Sa voix s’estompe et il ne peut finir sa phrase que des larmes dévalent sa joue. Alors que j’avance ma main vers lui pour tenter d’essuyer ses larmes, Ha Neul vient poser son front contre mon épaule. Ses cheveux me chatouillent et je me mordille la lèvre pour éviter de rire, car clairement ce n’est pas le moment de rire… Sa dernière phrase a achever de me briser et mes larmes coulent elles aussi le long de mes joues en voyant l’homme que je crois aimer pleurer à chaudes larmes. Mes bras viennent alors se refermer autour de son corps que je sers plus fort encore, l’étouffant. Nous restons ainsi un long moment et Ha Neul ne semble pas avoir remarqué mes pleurs, du moins pas avant que mes larmes ne glissent sur son épaule. Je le lâche quelques instants venant essuyer celles-ci avant de briser le silence « Sortons … Tu vas choper la crève » Je ne lui laisse pas le temps de répliquer que je me rapproche lentement du bord, mes bras se sont verrouillés autour de la taille de l’intello tandis que quelques instants plus tôt je l’ai forcé à passer ses jambes autour de ma taille. Je le dépose prés du bord et mes mains viennent caresser sa jambe avec douceur «Arrête de pleurer … » lui murmurais-je doucement avant de sortir moi aussi de l’eau. Une fois sur la terre ferme j’agrippe délicatement le bras d’Ha Neul et l’aide à se relever, je passe ensuite mon bras autour de sa taille pour le soutenir. Le pauvre n’a eu que trop d’émotion en peu de temps et le voilà tout tremblant, je me dirige vers les vestiaires et l’aide à savoir sur l’un des bancs prés de mon casier. Je l’abandonne quelques secondes pour aller ouvrir mon casier et en sortir des serviettes, je ne pense même pas à me sécher maintenant souhaitant d’abord m’occuper de lui. Je lui passe une serviette autour de son corps et la frotte quelques minutes pour le réchauffer un minimum. Je reste silencieux pendant tout ce temps tandis que je dépose une serviette dans ses cheveux les séchant eux aussi. Je donne vraiment l’impression de m’occuper d’un gosse mais je laisse couler appréciant cet instant. « Continue de te sécher, je vais te passer des vêtements à moi… Ils seront peut-être trop grands mais ça suffira pour te couvrir le temps que tu repartes dans ta chambre. » Je lâche la serviette et le laisse se débrouiller pour fouiller dans mon casier à la recherche de mes vêtements de rechange. J’en garde toujours plusieurs dans mon casier au cas où et je me félicite intérieurement d’être si prévoyant. Je dépose mes vêtements à ses côtés, ce n’est rien d’extravagant … Un simple t-shirt blanc beaucoup trop grand pour lui et un jogging d’hiver qu’il devra certainement serrer au maximum pour éviter de le perdre. « Je … » Je me gratte nerveusement l’arrière du crâne cherchant mes mots « Je vais te laisser te changer … Quand tu auras fini préviens-moi, que je puisse me changer aussi. » Par habitude jamais je n’aurais fait ce geste … Mais là il s’agit d’Ha Neul, je me redresse et me dirige vers la sortie. Sur le coup je ne pense même pas à prendre une serviette pour me sécher, je vais certainement choper la crève…



✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité


MessageSujet: Re: you're such a freaking nightmare. ft jinwuk   Mer 13 Juil - 0:53

Heavy hearts, like heavy clouds in the sky, r best relieved by the letting of a little water.
FT. MY NIGHTMARE

I hate you so much that it hurts Mais quel abruti. Pourquoi je complique toujours tout ? Je n’avais qu’à l’embrasser. Jinwuk aurait été content de me voir si faible face à lui, et j’aurais eu la chance d’avoir un véritable baiser non volé. Mais non. À peine mes lèvres entrent-elles en contact avec les siennes que je recule immédiatement, surpris par mon propre geste. Je ne sais pas ce qui m’énerve le plus ; ma réaction ou le fait qu’il ait carrément le contrôle sur moi. Ayant atteint mes limites, je craque à nouveau face à lui. Bon sang, comment fait-il pour me rendre si faible ? Dans l’espoir de ne pas m’humilier d’avantage, je viens cacher son visage contre son torse, laissant mon front reposer contre son épaule. Il doit sûrement me prendre pour un idiot. Un idiot désespérant. Mes mots et mes actions sont si contradictoires que je ne sais moi-même plus quoi penser. Je me sens perdu. Tant d’émotions qui me bouleversent, tant de sentiments qui me transpercent. Je viens de tout lui avouer, maintenant, il sait tout. S’il avait des doutes, ceux-ci sont maintenant confirmés. Je me suis sûrement foutu dans la merde tout seul. Connaissant Jinwuk, il m’a sûrement demandé cela pour se jouer de moi. C’est évident. Pourquoi voudrait-il que je l’embrasse sinon ? En attendant, je me trouve bien con à pleurer sur son épaule. D’autant plus que c’est lui qui m’a mis dans cet état. Ses bras viennent, contre toute attente, enlacer mon corps. Sa chaleur me réconforte, son étreinte me rassure, je me sens étrangement bien dans ses bras. Nous restons silencieusement ainsi, sans rien dire. Qu’il y a-t-il à dire de toute manière ? Seuls mes sanglots viennent troubler ce moment silence. Sentant quelque chose sur mon épaule, je finis par doucement relever la tête et mes yeux viennent rencontrer ceux de Jinwuk. Je remarque avec surprise que ceux-ci sont humides. Je m’apprête à dire quelque chose mais le sportif s’empresse d’essuyer ses larmes avant de dire qu’on ferait mieux de sortir. Je ne comprends pas. Jinwuk, pourquoi es-tu comme ça ? Pourquoi agis-tu comme si tu me voulais du mal alors que tu sembles t’inquiéter ? Pourquoi ? Sans vraiment me laisser le choix, le sportif fait passer mes jambes autour de sa taille avant qu’il ne passe ses bras autour de la mienne. Naturellement, je viens passer mes bras autour de son cou, m’accrochant à lui tel un koala tout en observant silencieusement Jinwuk qui nous rapproche du bord. Je ne sais réellement plus quoi penser de lui. Comment peut-il être à la fois si violent et si doux ? Comment peut-il se montrer aussi détestable et pourtant aussi soucieux ? Tandis que je suis paumé dans mes pensées, Jinwuk me dépose sur le bord de la piscine avant de me caresser doucement la jambe, comme pour me réconforter. À ses mots, j’essuie mes larmes avec le revers de mes mains. Il m’aide à me relever et me garde près de lui en passant son bras autour de ma taille. Ce geste m’a d’abord surpris, avant que je ne réalise que mon corps était en train de trembler. J’ignore si cela est dû à la peur, au froid ou même à la désagréable sensation de mes vêtements complètement trempés. Mais je ne m’en soucie pas, je n’y pense même pas. Mes pensées sont bien trop occupées par le garçon se trouvant à mes côtés. On finit par arriver dans les vestiaires et Jinwuk me fait m’asseoir sur l’un des bancs. Mon premier réflexe est de cacher mon corps avec mes bras, savoir que Jinwuk est au courant pour mes sentiments me donne cette désagréable sensation d’être mis à nu. Il voit très clair en moi maintenant. Tout comme mon foutu tee-shirt devenu transparent, je ne peux plus rien lui cacher. Bon sang, Jinwuk sait que je ressens quelque chose pour lui, je ne vais jamais m’en remettre ! J’aurais dû me laisser couler dans l’eau, ainsi j’aurais quitté ce monde cruel. Je suis soudainement coupé dans mes conneries lorsque je sens quelque chose envelopper mon corps. Je relève la tête et m’aperçois que c’est Jinwuk qui m’aide à me sécher et à me réchauffer. Un simple geste qui suffit également à réchauffer mon cœur. Tel un spectateur, je l’observe simplement. Bien trop de pensées se bousculent dans ma tête. Finalement, sa voix résonne à nouveau, me faisant sortir de mes songes. Je viens simplement hocher la tête, finissant rapidement de me sécher tandis qu’il m’apporte des vêtements. Mon dieu, je vais porter des vêtements appartenant à Go Jinwuk. Je relève la tête vers lui et remarque qu’il semble nerveux, voire même gêné ? Si cette journée n’avait pas été aussi mouvementée, je n’aurais sûrement pas pu m’empêcher d’avoir une réaction de groupie. Il est si mignon ainsi. À ses mots, le sportif me tourne le dos et se dirige vers la sortie. Je me lève brusquement, prenant une serviette avec moi et m’empresse de le rejoindre. « Jinwuk… » Arrivé près de lui, je dépose la serviette sur ses épaules car cet idiot va très certainement tomber malade s’il reste ainsi en maillot de bain. « Mh… Tu vas attraper froid si tu ne te couvres pas… » Une chance qu’il soit dos à moi, je suis si gêné de lui parler. Je me mordille les lèvres avant d’ajouter. «  Je… Je vais me dépêcher de me changer. » Mais quel idiot. Quand je suis nerveux je dis toujours n’importe quoi. Plutôt que de parler, file te changer idiot. Je tourne alors les talons et jette un dernier regard en direction de Jinwuk avant de me déshabiller. J’enfile rapidement ses vêtements et je ne peux m’empêcher de m’y sentir bien – malgré que le tee-shirt soit bien trop large et que le jogging peine à tenir sur mes hanches. Ils sont si doux et surtout ils sentent tellement bon. Oh mon dieu, c’est l’odeur de Jinwuk. Aish, je suis vraiment irrécupérable. Je prends mes affaires et me dirige à nouveau vers Jinwuk. « J’ai fini, tu peux aller te changer. » dis-je avec un petit sourire que je n’arrive pas à cacher car je suis bien trop heureux de porter les vêtements du sportif. J’hésite un peu avant de rajouter. «  Merci pour les vêtements… Je… Je te les rendrai. » Mais bien sûr que tu vas lui rendre, idiot. Aish, j’ai envie de me frapper moi-même… Il vaudrait mieux que je me taise par moment. J’hésite à nouveau, devrais-je lui dire d’oublier tout ce qu’il s’est passé ? À moins que c’est déjà ce qu’il compte faire ? J’ouvre enfin la bouche et finalement… « Je te laisse te changer, j’y vais. » dis-je précipitamment. Mh et il est où le "sinon, entre nous, on est bien d’accord et on oublie tout ce qu’il s’est passé" ? Sérieusement… À ces mots, je me dépêche de disparaitre dans le couloir avant de me mettre moi-même une tape sur le front. « Aish, quel idiot ! » C’est ça, en attendant dépêche toi de t’éloigner de ton idole.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité


MessageSujet: Re: you're such a freaking nightmare. ft jinwuk   Mer 13 Juil - 4:30

You're such a freaking nightmare.
FT. Ha Neul le punching ball

I Need U    Qu’est-ce qui m’arrive, pourquoi mon cœur tambourine si violemment dans ma poitrine ? Pourquoi ai-je envie de pleurer en apercevant ses larmes dévaler ses joues ? Pourquoi ne suis-je plus capable de lui lancer des insultes à la figure à cet instant précis ? Mais surtout… Pourquoi ne suis-je donc pas capable de mettre un mot sur ce qui m’arrive ? Mes mains s’activent autour de lui pour tenter de le réchauffer, mes yeux se perdent sur son corps n’osant pas affronter les siens. Pourtant je sens son regard bruler ma peau mais je suis incapable de le regarder en face. Je mets fin à cette torture en lui expliquant que je comptais lui passer des vêtements, mes yeux se posent sur son visage et je ne peux que l’apercevoir hocher doucement la tête. Je me redresse, ouvre mon casier et en sors le nécessaire, et la dépose à ses côtés. Je l’observe quelques secondes avant de me diriger vers la sortie, je l’entends se redresser et sa voix briser le silence qui nous entoure « Jinwuk… » Fut les seuls mots qu’il prononça mais pourtant mon cœur n’a fait que battre plus fort encore. Je sens le doux tissu d’une serviette se déposer sur mes épaules dénudées et je ne peux m’empêcher de sourire doucement en l’entendant s’inquiéter pour moi. « Mh… Tu vas attraper froid si tu ne te couvres pas… » -Je sais imbécile, mais ta santé compte plus que tout pour moi-. Je me fiche d’attraper froid si je peux éviter que la fièvre ne s’empare de toi. « Merci… » Lui murmurais-je alors que celui-ci m’assura de se dépêcher, -prend ton temps, ne te presse pas pour moi.- . J’hoche la tête et sors finalement des vestiaires, je reste de longues minutes adossées contre un mur à observer le bassin endormi avant que la voix de l’intello ne s’élève de nouveau dans la pièce. Un petit sourire se dessine sur mes lèvres en le voyant porter mes vêtements, pour de nombreuses personnes ma réaction pourrait être qualifiée d’exagérer pourtant… Je le trouve tout bonnement sexy, irrésistible dans ces habits trop grand pour lui .Ô combien j’aimerai qu’il les porte plus souvent… « Ne t’inquiète pas pour ça… Même si t’oublie de me les rendre ça ne changera pas grand-chose à ma vie » Pourquoi j’ai dit ça ? Abrutie ! L’intello me signale une nouvelle fois que je peux aller me changer avant de tourner les talons pour se diriger vers la sortie, mes yeux ne le lâchent pas une seule seconde. Du moins pas avant que celui-ci n’ait franchi la porte. Une fois seul, je soupire de frustration et me laisse glisser le long du mur. Je replis mes jambes contre mon torse, pose ma tête sur mes genoux et craque finalement… Les larmes coulent tandis que je tente en vain de comprendre ce qui ne va pas chez moi. Pourquoi j’ai mal ? Pourquoi ai-je l’impression que l’on m’arrache le cœur à chaque fois, que je me remémore ces longues années à le torturer ? Lorsque je me souviens de ses regards effrayés… De sa voix tremblante et de ses larmes abondantes ? Tout simplement … Pourquoi me suis-je fait prendre dans mon propre piège ? Je voulais le briser … Pourtant c’est moi que je brise en ce moment.




✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas

you're such a freaking nightmare. ft jinwuk

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Sujets similaires

-
» Sweet Nightmare} Manni
» I'm just freaking out {Logan}
» Nightmare | Solitaire Sadique { nouveau perso' } | MANQUE LE KIT |
» You were my nightmare, but now, I love You... [PV:Janny ♥]
» American Nightmare [PV Hugo Strange / Romulus / Katana]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hyeosik Academy :: Time To Play Life's too short, play more :: See ya later :: RP fini-