“Quand on doit l'annoncer. Feat MinHyun”

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas


Invité
Invité


MessageSujet: Quand on doit l'annoncer. Feat MinHyun   Mer 18 Jan - 16:10




Quand on doit l'annoncer
Ft. LIM MinHyun
 
-Après mes petites retrouvailles avec mon grand frère de cœur, j'ai dû le laisser pour d'une aller ranger mes affaires et de deux pouvoir aller faire ma prise de sang comme tous les mois. J'avais eu un petit problème de fer quand j'étais gamine depuis c'était rendez-vous régulier au cas où que... Au cas où que quoi ? Au cas où que merde.
Donc me voilà en train de désespérément chercher les dortoirs, ma valise posée sur ma tête par ce que je commençais à en avoir marre de la tirer. Moi flemmarde ? Mais qui a bien pu vous dire ça ? Je regardais à droite et à gauche pour suivre les indications. Croisant quelques personnes me regardant de la tête au pied comme si j'étais un alien. Pourtant j'ai pas le souvenir d'avoir la peau verte... Ou alors je transpire ? MinHye pour une fois dans ta vie ferme un peu ta grand bouche. Ca permettrais d'avoir du calme et de la sérénité. Oui mais si je trouve pas ma chambre je ne vais pas me trimballer ce truc là encore longtemps. Puis je vois enfin écrit dortoir, je fais évidemment bien attention de rentrer chez les... Garçons. Demi-tour toute. Je tourne donc rapidement les talons pour aller cette fois-ci chez les filles. On m'avait dit chambre 2. Chambre 2.... Ah voilà !
Je pousse donc la porte, ma valise toujours sur ma tête avant de prendre la parole.-

Bonjour, bonjour, je suis Min.... Ah bah y a personne. C'est pas grave.... Donc je disais quoi moi ? Ah oui !

-Apparemment nous étions.... Non pardon, apparemment j'étais toute seule dans la chambre... Trop cool, je pourrais foutre le bordel ! J'adore ! Je poses donc ma valise sur l'un des deux lits. Au moins je pouvais avoir le privilège de choisir. Je ne déballe pas mes affaires, je le ferais une autre fois. Genre ce soir, ou demain. Je sors donc de mon dortoir avant de cette fois-ci chercher l'infirmerie que je trouve au bout de quarante minutes, après mettre perdue au moins cinq fois. J'attends donc que quelqu'un m'accueille et cela est rapidement fait. Trois seringues plus tard on me fait encore une fois patienter à l'extérieure de la pièce. Je joue donc sur mon portable et en parlant au peu d'amis que j'avais. Puis au bout d'une bonne heure, une jeune femme avec lunette sur le nez et blouse blanche sort s'approchant de moi. Je verrouille donc mon téléphone pour le ranger dans ma poche. Elle réajuste ses verres sur son nez avant de prendre la parole.-

Bon alors tout vas bien, vous ne manquez pas de fer et tout votre organisme se porte à merveille. Mais excusez-moi de vous demander ça. Mais votre frère n'a jamais eu de problème de santé au par avant ?

Mon frère ? Quel frère ? J'ai pas de frère. Enfin si un de cœur, mais sinon je suis fille unique. Faut arrêter fumer la moquette ou d'utiliser des produits chimiques, ça fait pas bon ménage là haut sinon.

-Alors soit j'ai loupé quelque chose soit... Soit ils ont abusés sur les drogues dures. Et apparemment elle n'a pas d'humour au vu du regard plein de dédain qu'elle me porte. Elle va se calmer la petite ou c'est moi qui vais la calmer. Surtout qu'une femme à lunette est très sexy. MinHye, oublie tes hormones merci. Elle vient donc m'expliquer ce qui se passe avec son air supérieur. Donc apparemment j'aurais un frère biologique qui serait dans cette école. Plus elle m'expliquait la situation plus j'étais soucieuse. Si j'en avais vraiment un cela voulait dire que ma mère ne m'a pas dit TOUTE la vérité et donc que cette personne est soit pas au courant ou encore au courant. 10 000V. Et donc que s'il ne l'est pas il va falloir que je le fasses. Elle vient me tendre la feuille avec toutes les informations du jeune homme sur cette dernière. Je la prends rapidement avant de la lire en marchant bien sûre après l'avoir remercié et salué très rapidement. Mon côté Sherlock Holmes venait de refaire surface. Chambre 2, dortoir des artistes. Artistes ?! Bon déjà ça fait un point en commun. Je commence donc mes recherches du dortoir.
Il fallait aussi que je trouve comment te l'annoncer et là c'était une tout autre histoire. « Bonjour, Oui alors voilà je me présente. Kim MinHye et tu es mon petit frère. Bienvenue dans la famille ! »
C'est sûre qu'on a tous les jours l'occasion d'annoncer à quelqu'un qu'on est... Bah qu'on est sa grande sœur. Puis je me fais arrêter net par une porte. Y avait une porte ? Je viens porter ma main à mon nez pour me le frotter. C'est ce qu'on appelle se la payer en pleine poire. Je le remuer par la suite couinant quelque fois avant de secouer la tête pour remettre toutes mes idées en place et ouvre la porte. Alors c'est... Pas celle là... Celle là !
Je prends une grande inspiration en levant ma main avant de toquer à la porte, priant pour qu'il n'y ai personne. Je tenais le papier de mon autre main plié. J'avais une mémoire photographique donc je saurais reconnaître ton visage si je le voyais. Et à mon plus grand désespoir, quelqu'un ouvre et ce quelqu'un ne pouvait évidemment être autre que toi. Je reste un long moment dans le silence n'ayant finalement pas réfléchis à la manière dont j'allais t'annoncer la nouvelle. Puis après avoir bégayer des mots incompréhensible de je te tends la feuille où il y avait tes informations mais aussi les miennes tant qu'à faire.-

T'es mon petit frère !

-Et les formes MinHye?-  

© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité


MessageSujet: Re: Quand on doit l'annoncer. Feat MinHyun   Jeu 19 Jan - 21:28

Quand on doit l'annoncer..


Journée de merde ? Mmh.. oui, on peut dire ça. Je venais de rentrer dans ma chambre, en compagnie d'un camarade de classe. Aujourd'hui, je me sentais particulièrement fatigué et d'après l'infirmier, je couvais quelque chose de pas net. J'étais alors revenu dans ma chambre après l'avant-dernier cours de l'après-midi pour pouvoir me reposer un peu. Comme si ça avait servi à quelque chose.. Non seulement j'éprouvais un mal de crâne imparable, mais en plus j'avais reçu un appel de mon père. Comme d'habitude, ses mots étaient froids, distants. Il m'en voulait parce que non seulement, l'école prélevait directement sur son compte bancaire mais parce qu'en plus, je n'allais pas au dernier cours de la journée. S'en était suivi une énième dispute suite à laquelle j'avais finis par raccrocher d'une manière peu conventionnelle : en l'explosant contre le mur de rage et de colère. Je m'étais ensuite enfoui la tête dans mon coussin, me laissant aller pour évacuer tout le stress de l'année précédente et le prochain qui arrivait et qui s'annonçait être une belle horreur.

Première année de fac.. Je n'étais plus loin de mon rêve, mais en même temps ce n'était pas gagné. Je commençais à douter de moi et plus ça allait, plus mes parents me dégoûtaient de ce que je faisais, de ce que j'étais. Je m'étais levé pour prendre une douche puis m'étais remis en pyjama, pas décidé à ressortir de la journée, bien trop déprimé. Je détestais ce genre de sauts d'humeurs, vraiment. Encore un effet secondaire dû à ma fatigue. Je me dirigeais à nouveau vers mon lit lorsqu'on toqua à ma porte. Je soupirais longuement. Qui pouvait bien venir m'emmerder à cette heure-là ? De ce que je savais, mes camarades étaient tous en cours à cette heure-ci. Je me dirigeais vers la porte puis l'ouvrais, me retrouvant nez à nez avec une femme que je n'avais encore jamais vu auparavant. « T'es mon petit frère ! ». Je restais ébahis, le temps de quelques secondes, planté devant elle. C'était qui cette folle ? Je me frottais les yeux en voyant le papier qu'elle me tendait, pensant d'abord à une hallucination dû à ma fatigue. J'étais malade, tout était possible. Je me touchais le front, essayant de détecter une quelconque fièvre. Je me pinçais le bras, que je frottais derrière pour atténuer la douleur. J'étais bien en vie, conscient et je ne rêvais pas. J'attrapais donc le papier qu'elle me tendait, lisant qu'elle et moi avions le même ADN, et que nous étions frère et sœur. La nouvelle avait eut l'effet d'un choc sur moi. Je restais de nombreuses secondes silencieux, détaillant la feuille de papiers à plusieurs reprises pour être sûr que ce n'était pas une blague. Il y avait mon nom, et le sien visiblement.

- J-j.. vas te faire foutre ! T'es qui pour t'incruster dans la vie des gens, comme ça ?!

Je reculais légèrement, sans remarquer que je m'étais mis à crier et à m'en prendre à elle sans raison apparente. Mais je ne pouvais pas accepter ça. Si j'étais son petit frère.. alors.. j'avais été adopté ?.. N-non, non, ça ne pouvait pas être ça. Et puis je ne voulais pas être son petit frère. Il y avait ma petite sœur et je ne pouvais pas l'abandonner. Je tremblais également, beaucoup. Je ne savais pas si c'était de colère et d'incompréhension ou parce que je me sentais fatigué. Je froissais légèrement la feuille dans ma main, me tenant à la porte comme si mon corps se faisait subitement lourd.

- Pourquoi tu viens comme ça pour dire un truc pareil ? J'te déteste.

Je ne la connaissais pas, mais je la haïssais déjà. Je tentais également de lui fermer la porte au nez.


Dernière édition par Lim Min Hyun le Jeu 19 Jan - 22:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité


MessageSujet: Re: Quand on doit l'annoncer. Feat MinHyun   Jeu 19 Jan - 21:56




Quand on doit l'annoncer
Ft. LIM MinHyun
 
-Et voilà... Comme si cela ne suffisait pas, n'ayant évidemment pas mis les formes, tu commenças à crier et bien sûre sur moi mais comme à mon habitude il fallait que je bouge, que je dépenses mon trop plein d'énergie et surtout que si c'était pour qu'on se cri dessus autant que je sois penchée la tête bas comme j'avais l'habitude de faire. Ca risquait de t'énerver encore plus mais c'était pour mon équilibre mentale. C'est surtout qu'avec ça je pouvait un minimum me concentrer sur l'engueulade qui allait je penses très certainement se dérouler entre nous. Je t'écoute et j'ai à peine le temps d'en placer une, alors que je joue sur mes deux pieds n'arrivant finalement pas à rester en place. Puis je te vois te reculer et sachant pertinemment que comme pour toute engueulade tu allais fermer la porte, je réceptionne la porte de ma main. Oui, même si cela ne se voyait pas... Aller vous occuper de deux chevaux dont un étalon et vous allez voir que ça faire tous les muscles de votre corps même certains dont vous ignoriez l'existence. Mon visage était devenu froid et inexpressif, ce qui voulait dire que je n'allais pas rester calme longtemps surtout après le « je te déteste » que tu viens de me sortir. Tu n'allais pas t'en tirer comme ça. Je profite de ton moment de bug face à la porte qui ne se ferme pas pour la rouvrir d'un coup sec avant de poser un doigt sur ton torse et commencer à te faire reculer. Tu avais beau être plus grand que moi, tu allais redescendre d'un ton. Et si tu étais fatigué, au vu de tes yeux explosés, je m'en excuse d'avance.

Alors écoute moi bien petit gars, je te demande pas de me laisser rentrer dans ta famille comme si de rien était, je ne te demande pas non plus de quitter tout ce que tu as. Je suis venu te donner ça pour que tu le saches. Car pour moi la vérité est primordiale. Donc si maintenant t'es pas content, c'est la même ok?! Je n'avais peut-être pas envie de l'apprendre et encore moins comme je l'ai appris. Ça veut dire que je dois moi aussi revenir sur tous mes principes sur lesquels je me suis basées depuis que je suis toute petite. Donc maintenant, si tu veux en savoir plus je veux bien te parler si et SEULEMENT SI, tu acceptes de baisser d'un ton. Je ne te connais pas et toi non plus donc avant de m'agresser réfléchis aussi qu'il y a des conséquences dans les deux sens. Donc si tu as envie de me parler je serais dans le dortoir des artistes comme toi et également chambre deux. Pour le moment j'y serais jusqu'à nouvelle ordre. Donc si tu as envie de parler ou de me casser la gueule se sera dans ma chambre.

-Je n'y avais pas non plus mit les formes mais au moins je t'avais ce que j'avais à dire. Et j'avoue que j'avais un petit espoir pour que soit tu me retiennes ou que tu viennes me rejoindre dans ma chambre. Cela me permettrait aussi de pouvoir parler avec toi et régler ça entre grands. Certes tu n'avais que 17 ans donc je penses que les trucs de grands te passaient par dessus la tête mais mieux vaux tard que jamais comme on dit. Et puis bon.... Ca remettait aussi toute ma vie en question, j'avais un frère. Mais je n'avais pas grandit avec. Donc tout un temps à me forger une réalité qui ne l'était pas et puis ma mère m'a également menti. Et... Si papa n'était pas parti qu'à cause du loto ? Tant de questions se bousculaient dans ma tête...
Après t'avoir envoyé cette réplique je me redresse pour par la suite faire volte face commençant à marcher vers la porte. Et il est vrai que je ne te demandais pas de quitter ta famille actuelle.-  

© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité


MessageSujet: Re: Quand on doit l'annoncer. Feat MinHyun   Jeu 19 Jan - 23:15

Quand on doit l'annoncer..


Elle ouvre subitement la porte, assez violemment d'ailleurs. Qu'est-ce que c'est ? Un homme déguisé en femme ou quoi ? Je recule un peu, un peu plus surprit que tout-à-l'heure. Qu'est-ce qui était en train de se passer, là au juste ? Je reculais peu à peu, progressant dans ma chambre à reculons lorsqu'elle me poussait légèrement de son doigt. Je détestais sa façon de me parler, je détestais sa façon de vouloir me contrôler, et je n'allais certainement pas me laisser faire. Mon regard s'assombrissait donc peu à peu. Je ne pouvais plus me retenir longtemps, c'était certain. J'allais imploser. Pourquoi Dae Hyun n'était pas là, huh ? J'avais besoin de lui, là, maintenant. Il aurait su quoi faire, ou comment me remonter le moral. A chaque fois qu'il était là, je me sentais bien. Alors maintenant qu'il ne l'était pas, je me sentais mal. Vraiment mal. En morceaux. Je sentais les larmes progressivement me monter aux yeux, tandis qu'elle finissait son speech à deux balles. Si elle n'avait pas été une femme, je ne me serais certainement pas retenu de l'emplâtrer dans le mur. Elle se prenait pour qui, au juste ?!

- Vas te faire foutre, je suis pas à ta disposition. Fallait pas venir si tu ne voulais pas te faire agresser. La vérité.. tu fais ça sous le prétexte de dire la vérité. Mais c'est juste bidon, comme tout le reste ! Comme toi !

C'était peut-être triste, mais j'avais besoin de me défouler, et elle était la première personne qui se trouvait devant moi. Je la détestais tellement de venir chambouler toute ma vie que je n'arrivais plus à retenir mes émotions. Et dire qu'encore une fois je m'étais disputé avec mon père.. enfin, "père", il y a de cela vingt minutes à peine. J'avais envie de frapper quelque chose, d'extérioriser toute ma colère. Mais pas devant elle. Mon téléphone gisait par ailleurs toujours au sol, depuis que je l'avais balancé suite à la dispute avec mon faux géniteur. Et ma petite sœur dans tout ça, huh ?  

- T'es personne pour moi, et tu seras jamais personne. Je me fiche des conséquences de ton côté. Démerde-toi toute seule ! Parce que tout ça, ce sera ta faute !


C'est vrai, pourquoi je devrais m'en préoccuper ? Elle s'était pointée, comme ça, sans que je ne sache qui elle est. Elle a débarqué dans ma vie et a réduit à jamais en morceau mes chances de me réconcilier avec mes parents, ainsi que mon lien avec ma sœur, et tout ça en l'espace de dix minutes. J'avais la grande impression qu'elle se foutait de ma gueule, et je détestais ça, réellement.

- C'est à toi de baisser d'un ton, et pas l'inverse. Parce que j'ai aucun ordre à recevoir de ta part !
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité


MessageSujet: Re: Quand on doit l'annoncer. Feat MinHyun   Jeu 19 Jan - 23:46




Quand on doit l'annoncer
Ft. LIM MinHyun
 
-J'avais vraiment perdu mon calme mais il fallait que je le garde. Le plus longtemps possible. Mais je croyais quoi en venant te voir ? Que tu allais me sauter dans les bras ? Me dire que tu me comprenais ? Je ne te demandais rien de plus que de le savoir. Rien de plus. Strictement rien. En réalité, je n'attendais pas grand chose de ma vie. Au moins il y a une chose que je me prouve à moi-même. C'est que des fois il vaudrait mieux que je me taises. Mais est-ce que cela est possible ? Veuillez laisser un message après le bip sonore. BIP. Par respect, je restas jusqu'à la fin de ton speach même si je n'avais qu'une envie c'était de te baffer. Tu avais l'air de t'occuper que de ta petite personne et non celle des autres. Que quelqu'un qui t'entoure aille mal ? Rien à foutre tant que je vais bien. C'est actuellement, l'image que tu me renvoyais de toi. Et je trouvais ça malheureux, mais je crois que je vais en rester là car je n'ai pas envie de me retrouver avec un œil au beurre noire dès le premier jour. J'avoue que ce n'était pas mon but.
J'avais les mâchoires et les poings serrés essayant pour une fois dans ma vie de me canaliser. Oui,, une seule fois sinon je pète des câbles après. Et voilà que tu termines ton speach, je soupire une fois que tu as enfin terminé de déverser tous tes mots à mes pieds.-

C'est bon ? Ca y est ? T'as finis ? Bon maintenant, je vais sortir de cette putain de chambre et j'espère ne pas revoir ta tête. Sinon, tu sais quoi ? Je fais demi-tour au moins comme ça je serais sûre de ne pas la voir plus longtemps. Sur ce je te dis je t'emmerde. Oui, non pas bonne soirée par ce que je crois que là on vient de se pourrir  mutuellement notre journée. Sur ce bon vent.

-En prononçant ses mots je m'étais rapprochée de la porte et avait pris la poignée en main. Je viens par la suite une fois ma petite phrase étalée sur le tapis, claquer ta porte avant de partir en furie. Tu m'avais bien énervée et je n'étais pas de ce genre mais là il faut que je me tape une nana. Là tout de suite. Même un thon si vous le voulez, je suis preneuse de tout ce qui y a des seins.-  

© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité


MessageSujet: Re: Quand on doit l'annoncer. Feat MinHyun   Ven 20 Jan - 0:11

Quand on doit l'annoncer..


Je pensais que mes mots allaient la faire taire, mais au contraire. Elle m'avait balancé les siens comme si elle n'éprouvait absolument rien face à ce que je disais. Alors que pour ma part, plus elle passait de temps en ma compagnie, plus mal je me sentais. J'étais juste ce petit garçon pourri gâté à ses yeux, j'en étais certain. Parce que je n'avais aucun lien affectif avec elle, et que pour une fois j'avais envie de me sentir un peu égoïste. Mais elle ne savait absolument rien, et je ne comptais pas lui devoir quelque chose. Alors je voulais en rester là avec elle. Je la détestais à cet instant, et je ne voulais rien y faire pour changer ça. Parce qu'elle était apparue comme un problème et je n'avais pas envie de l'accepter. Elle avait l'air de prendre un malin plaisir à venir détruire ma vie, alors pourquoi aurais-je dû réagir autrement ? Ses mots à elle, par contre, me faisaient bel et bien mal. Je me sentais touché parce qu'elle me répliquait, et c'était pas bon. J'avais encore plus envie d'aller à l'encontre de ce qu'elle me disait, et de me battre avec elle. Et le « je t'emmerde » avait été de trop. Je l'avais donc poursuivie, avait ré-ouvert la porte et dans un geste contrôlé par la peur de tout perdre et la rage, je m'étais jeté sur elle, tentant de lui donner quelques coups. Femme ou pas, elle m'avait cherché et je lui en voulais de tout.

- Vas te faire foutre ! De quoi tu te plains ?! Tout est de ta faute alors tu ferais mieux de la fermer et arrêter de te prendre pour la bonne personne de service ! T'es juste une idiote qui a besoin de soulager sa soit disant bonne conscience !

Je ne remarquais même plus qu'à cet instant, nous étions dans le couloir du dortoir des garçons et que je lui criais à nouveau dessus, contrôlé par ma rage. Pourquoi il avait fallu qu'elle vienne maintenant ? Pourquoi avait-il fallu qu'elle vienne tout court ? Elle aurait dû déchirer ce papier et ne jamais venir me voir. Il aurait mieux fallu qu'elle se taise ! C'était la dernière chose que j'aurais aimé savoir. Et tout ça.. je la détestais elle, je détestais mes parents, je détestais tous ceux qui m'avaient menti pendant toutes ces années et qui avaient attendus si longtemps pour me l'avouer. Je voulais juste m'enfuir loin d'ici, mais ma fierté et ma colère m'en empêchaient, puisque j'étais en train de me défouler sur ma soit-disant sœur qui m'avait au passage bien cherché.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité


MessageSujet: Re: Quand on doit l'annoncer. Feat MinHyun   Ven 20 Jan - 0:33




Quand on doit l'annoncer
Ft. LIM MinHyun
 
-Et moi qui pensait être tranquille pour aller essayer de serrer une nana, j'ai bien dit essayer au moins ça m'aurait changé les idées. Mais non il faut évidemment que tu décide de me suivre dans le couloir et de me sauter dessus. Je tombe donc à la renverse sur le nez... MAIS C'EST PAS POSSIBLE, VOUS AVEZ QUOI AVEC MON NEZ AUJOURD'HUI ?!
En poussant un petit cris de stupeur ne m'y attendant vraiment pas. Je me retourne par la suite pour te faire face. Tu croyais que tu étais seule dans l'histoire ou ça se passe comment. Oui j'ai à me plaindre. J'ai à me plaindre que tu commences réellement à me les briser. Je remercie le ciel d'avoir de si bon réflexe pour éviter tes coups même si l'un d'eux m'arrive en plein mâchoire. Bon là c'est bon, j'en ai ma claque. Tu crois par ce que t'es un homme tu vas pouvoir dominer encore longtemps mais alors la mon vieux rêve. Je viens t'attraper tes poings entre mes doigts, que tu m'envoie un par un avant de les serrer le plus fort possible. Poigne de cavalière, je peux vous dire qu'il y en a là dedans avant de relever mon genoux et non sans douceur. Je voulais que tu me lâche et me laisse partir et c'est bien le seul moyen que j'avais trouvé pour que tu le fasses. Tu arrête de bouger net et je peux enfin te faire rouler à côté de moi et de me relever en tenant ma main en-dessous de ma bouche ayant remarqué que je saignais.-

Donc je me répète, à l'avenir on s'évite. Merci de ta compréhension.

-Alors que tu te tenais ce qui te servais de bijoux de famille, je tourne les talons pour sortir du couloir du dortoir des hommes. Putain quel connard, j'ai le goût de mon sang dans toute la bouche. J'aime bien le sang mais à petite dose tu seras gentil de t'en souvenir à l'avenir. J'étais désormais dans une rage noire et je ne sais même pas si une nana me fera du bien. Je vais aller attendre d'arrêter de saigner dans ma chambre et dessiner après. Ca au moins ça va me calmer. Et s'il faut je me suspendrait par la fenêtre, ça me fera prendre l'air par la même occasion. Ou alors aller m'occuper de mes deux amours, au moins ça... EUX DEUX, pourront vraiment me calmer et me changer les idées.- 

© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité


MessageSujet: Re: Quand on doit l'annoncer. Feat MinHyun   Ven 20 Jan - 0:54

Quand on doit l'annoncer..


Elle avait la carrure ainsi que l'attitude d'un homme, mais je n'aurais jamais pensé qu'elle en ait la force. Je continuais d'envoyer mes poings à tout va, sans réfléchir à une quelconque technique précise pour rendre ça plus blessant, je voulais juste me défouler. Mais elle était soudainement parvenue à m'arrêter sans que je ne puisse m'y attendre, m'empoignant si fort qu'elle en arrivait presque à me blesser, et était venue écraser son genou contre mes bijoux de famille qui s'en trouvaient endoloris sous le coup. Je lâchais un petit cri de douleur tandis qu'elle me poussait sur le côté. Je m'appuyais d'une main au sol et les tenais de l'autre tandis qu'elle se faisait encore plus blessante que la première fois. Obnubilé par ma douleur, j'en avais vite oublié l'idée de lui sauter à nouveau à la gorge. Là maintenant, je n'en étais plus capable. Ni physiquement, ni moralement. J'étais malade, elle était venue me faire comprendre que si mes parents me détestaient c'était parce que j'avais été adopté, et en plus de ça je n'avais plus de téléphones. J'ignorais même si j'étais toujours capable de faire des enfants. Je l'observais donc partir sans rien ajouter. Je voulais juste me retrouver seul maintenant, juste.. seul.

Je me relevais avec quelques peu de difficultés et par fierté, je partais m'enfermer dans ma chambre. Inutile de dévoiler au monde entier que j'étais si faible que ça. Je me laissais donc aller une fois étalé sur mon lit, puis me tournais vers le mur pour être sûr que même l'arrivée de mon colocataire ne puisse pas me déranger. Là, tout de suite, je détestais clairement ma vie et presque tous les gens qui y étaient entrés. Et j'espérais que quelque chose puisse rapidement mettre fin à toute cette poisse. En fait, j'espérais que la journée allait vite se terminer. Assez vite pour que je puisse rejoindre Dae Hyun. Lui, il me comprenait au moins. Je me sentais beaucoup moins seul une fois près de lui. Je fermais peu à peu mes yeux, avant de finir par m'écrouler sous la fatigue et les sauts d'humeur auxquels j'avais dû faire face aujourd'hui.
Revenir en haut Aller en bas

Quand on doit l'annoncer. Feat MinHyun

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Martelly doit tirer leçon de la réalité politique
» (#19) - C'est quoi Dieu ? - Tu vois quand tu fermes les yeux et que tu désires un truc très fort. Et bah Dieu c’est le mec qui en a rien à foutre. [ feat. Savannah ]
» Quand le passé vient frapper à ta porte! - feat: greg
» L'agriculture doit être une des priorités des efforts de la reconstruction
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hyeosik Academy :: Time To Play Life's too short, play more :: See ya later :: RP fini-